The Apartments – In And Out The Light

The Apartments revient nous éblouir avec un nouvel album encore une fois incroyablement attachant : In and Out the Light.

Sortie le 18 septembre

C’est toujours un moment émouvant d’écrire sa première chronique pour un nouveau blog. on hésite, on trie, et puis miracle, cela s’impose à nous, hasard des calendriers sans doute mais parfois la vie est bien faite.

En effet, l’immense Peter Milton Walsh n’a rien trouvé de mieux que nous offrir un tout nouveau disque intitulé In And Out of The Light, disponible pour les débuts de Life On Mars

5 ans après l’inattendu et miraculeux No Song No Spell No Madrigal, The Apartments  poursuivent ses belles et tristes histoires intimes tout au long de huit splendides chansons, enregistrées entre Sydney, la France et Londres.

Peter Milton Walsh n’est en effet pas seul dans cette nouvelle aventure et retrouve les fidèles Eliot Fish et Nick Allum, ainsi que les français Natasha Penot et Antoine Chaperon.

L’album a été produit par Tim Kevin et bénéficie de la sublime participation au piano de Chris Abrahams de The Necks sur le poignant We Talked Through The Dawn.

In And Out The Light, le titre de l’album n’aurait pu être mieux choisi pour décrire l’ambiance douce-amère de chansons qui oscillent entre profonde mélancolie magnifiée par la voix incomparable de Peter Milton Walsh et lueurs d’espoir symbolisées par l’aérien Pocketful Of Sunshine, en ouverture du disque. Une merveille ombragée de pureté épurée et de luminosité, transcendée par les précieux chœurs de Natasha Penot. The Fading Light, en conclusion du disque, nous fait chavirer sur la même vague émotionnelle.

La lumière vacille, voltige, se fait même éblouissante et terrifiante sur le délicieusement nommé I Don’t Give A Fuck About You Anymore, texte violent et musique délicate.

Concis et magnifiquement orchestré, le disque est un refuge de douceur et d’émotions brutes tout en évitant délicatement la surenchère. The Apartments nous touchent et nous tirent les larmes des yeux en toute élégance et retenue. La note est juste, l’émotion est forte à l’instar des grandioses Where You Used To Be ou What’s Beauty To Do ?

In And Out The Light a tout d’un des grands disques de l’année, c’est une certitude.

Crédit photos : Bleddyn Butcher

Talitres

Discographie

The Evening Visits….And stays For Years (1987)

Drift (1992)

A life Full Of Farewells (1995)

Fête Foraine (1996 )

Apart (1997)

No Song No Spell No Madrigal (2015)

Pour écouter l’album :

Bandcamp

%d blogueurs aiment cette page :