Still Corners – The Last Exit

Pour leur cinquième album, le duo anglais nous propose de les accompagner dans un véritable road trip pop musical, vibrant d’émotions et méditatif.

Sortie le 22 janvier 2021.

Peut-être moins électro dans leur approche pour ce nouveau projet, le duo londonien Still Corners reste tout de même dans leur zone de confort avec leur pop planante et éthérée présente sur The Last Exit. Et l’on s’en félicite à l’écoute de leur dernier disque, une véritable réussite capable de combler cœur, imaginaire et oreilles.

En se rencontrant sur le quai d’une gare, Tessa Murray (chanteuse et claviériste) et Greg Hughes (guitariste, compositeur et producteur) n’imaginaient sûrement pas le succès critique et public de leur musique depuis 2009, plus de 54 millions de vues sur leur single The Trip, issu de Strange Pleasure et des tournées les transportant aux quatre coins de la planète.

The Last Exit, premier morceau éponyme de l’album donne le ton, filmé dans les paysages grandioses du Park de Joshua Tree. Un travail musical inspiré par des étendues désertiques américaines et l’infini qu’elles peuvent susciter, en opposant la même chose avec la force de notre psyché. Le groupe nous embarque dans toutes les émotions qu’engendre une telle ballade initiatique, autant émotionnelle que spirituelle. Leurs paroles et leur œuvre abordent toutes les questions existentielles de l’époque face aux restrictions sanitaires et aux manques de libertés. Mais tout en les teintant d’onirisme, de mystère et de folklore.

Avec White Sands, bijou pop addictif, nous voilà téléportés dans un désert, errant sans but, un orage menaçant et des forces contraires effrayantes à contourner sous la forme d’une sorcière. Bad Town nous ramène tout droit vers le mythique Paris Texas, de Wim Wenders. A Kiss Before Dying découvre une splendeur de mélancolie teintée de soleil, comme la plupart des compositions de Still Corners.

The Last Exit a tout d’une ode au rêve, au voyage, aux croyances, au mystique. Un album sur lequel le duo, stoppé dans leurs tournées par la pandémie, a retravaillé et composé 5 nouvelles chansons dont Till We Meet Again, entièrement instrumentale et magique dans sa montée en puissance de guitares électriques. Au final, de nombreux tubes tels le merveilleux Mystery Road ou le plus rock It’s Voodoo et un disque complètement cohérent musicalement, s’écoutant d’une seule traite…

Autre bonne nouvelle pour les addicts de la part du duo, ne comptant pas reprendre la route avant… fin 2021 et ayant la chance de posséder un studio juste à côté de leur logement, ils comptent bien continuer de composer cette année.

The Last Exit ne peut que figurer parmi mes albums préférés de ce début d’année car il détient le pouvoir de permettre de s’évader, de se laisser juste porter par le charme planant de la musique et la voix hypnotique de Tessa Murray. Avec en toile de fond, des promesses de liberté, d’horizons et d’espoir. Le terme musical de Dream Pop ne pourrait être mieux approprié pour le qualifier.

Wrecking Light Records / Differ-Ant

Crédit photo: Bernard Bur

Discographie :

Creatures of an Hour (2011)

Strange Pleasure (2013)

Dead Blue (2016)

Slow Air (2018)

The Last Exit (2021)

Pour écouter l’album :

%d blogueurs aiment cette page :