Malojian-Humm

Pour son cinquième disque, Malojian alias Stevie Scullion livre un véritable magnifique album pop avec Humm, produit par Jason Lytle.

Sortie le 20 mars 2020.

Il est toujours un peu frustrant de découvrir un album coup de foudre en novembre, alors qu’il est sorti en mars dernier. Mais au final, découvrir des trésors cachés reste toujours de grands moments d’émotions balayant les détails.

En quatre albums déjà parus, dont un en collaboration avec Steve Albini, Humm le cinquième et dernier de Malojian a été produit par Jason Lytle de Grandaddy. Si le talent de l’irlandais Stevie Scullion s’avérait déjà indéniable sur ses disques précédents, avec son folk de songwriter de génie, il se révèle avec ce nouvel opus tout simplement incontournable. Grâce à une palette musicale diversifiée et une expérimentation réussie dans des domaines différents : pop, électro et rock.

L’artiste cite en influence principale Neil Young mais aussi Teenage Fanclub, The Stone Roses, The Beatles, Arcade Fire, Beck, Bob Dylan, The Band et beaucoup d’autres… C’est peut-être tout ce mélange que l’on ressent de la part de Malojian, qui a d’ailleurs collaboré pour ses albums précédents avec de nombreux musiciens des groupes susnommés.

Pour Humm, dont la sortie a été avancée, le thème du disque est 2020, la période actuelle. Toutes ses paroles tournent autour de la solitude à surmonter, les uniques contacts virtuels ou au téléphone, l’époque d’avant insouciante et révolue. Son message concernant ce disque : « Si cela vous apporte ne serait-ce que quelques minutes de distraction pendant ces moments étranges, le but sera atteint ».

Le titre The Golden Age est une pure merveille pop électro féérique, aux arrangements capables de nous téléporter ailleurs, avec toujours un peu de nostalgie en fond. Le single est issu d’une co-écriture et d’une mélodie pour piano envoyée par Jason Lytle.

Que ce soit avec une simple guitare acoustique ou au piano et son chant tout en délicatesse et nuances, Malojian arrive toujours à nous faire chavirer. Avec lui, place à la magie et à la surprise, une balade folk commence mais bifurque vers des envolées lyriques et soudain décolle littéralement. Un étonnement tout au long des 11 titres, où l’on traverse des chansons épurées belles à en pleurer mixées avec des compositions plus pop rock porteuses de messages d’espoir comme sur Trampolining.

Avec Malojian, on a souvent l’impression de flotter au dessus du sol. Toujours d’un charme et d’une douce mélancolie à couper le souffle. Comme en apesanteur, dans l’attente de sa voix si touchante ou d’un instrument électro qui donnera une autre tournure à la même composition comme sur Salt. L’album se clôt sur la bouleversante et précieuse Singularity, en voix piano, en Bonus Track.

Pureté, simplicité, beauté, émerveillement : autant de qualités pour figurer pour ma part parmi mes meilleurs albums de l’année.

Crédit photo : Bradley Quinn

Discographie

Let Your Weirdness Carry You Home (2017)

This is Nowhere (2016)

Southlands (2015)

The Deer’s Cry (2014)

Pour écouter l’album :

%d blogueurs aiment cette page :