The Flaming Lips – American Head

Toujours aussi singuliers, The Flaming Lips reviennent nous enchanter avec American Head, l’un des plus beaux disques d’une déjà longue carrière.

Sortie le 11 septembre.

Bientôt 40 ans d’existence, 23 albums au compteur et pourtant la bande de Wayne Coyne continue de nous surprendre voire même de nous enchanter tout le long d’un album magnifiquement produit par leur vieux compère, Dave Fridmann qui fait encore des merveilles pour donner sons et couleurs uniques à l’imagination fertile de The Flaming Lips.

American Head est somptueusement orchestré et tutoie souvent les étoiles, on pourrait même dire qu’il cherche à nous faire planer à l’écoute de Mother I’ve Taken LSD ou You N Me Sellin’ Weed. Les allusions à la drogue y sont d’ailleurs omniprésentes et bien souvent assez tragiques comme sur When We Die When We’re High.

Très vite, en effet, sous ses chatoyants atours, une profonde tristesse émerge des 13 nouvelles compositions de Wayne Coyne, comme le bouleversant Brother Eye ou Mother, Please Don’t Be Sad.

American Head surpasse les disques les plus récents des Flaming Lips tels Oczy Mlody ou King’s Mouth : Music And songs, un poil trop barrés, dans cet équilibre précieux trouvé par le groupe d’Oklahoma City entre leurs audaces mélodiques et l’attachante humanité qui se dégage des paroles et de la voix de Wayne Coyne.

Le groupe se perd ainsi moins en chemins tortueux et retrouve la grâce élégiaque de The Soft Bulletin ou Embryonic. Il suffit pour s’en convaincre de se laisser porter par la beauté surnaturelle de Will You Return When You Come Down ou God And The Policeman, duo délicieux avec Kacey Musgraves, la nouvelle reine de la Country américaine.

Sur American Head, la pop se fait plus dream que psychédélique, les chansons se font plus lentes et invitent à l’introspection comme Flowers On Neptune 6 ou At The Movies On Quaaludes. Wayne Coyne vient ici nous rappeler avec modestie et tendresse, son enfance à Oklahoma City et un chemin de vie souvent semé de nombreuses embûches.

American Head ramène The Flaming Lips sur terre, le retour est douloureux dans une Amérique en plein délire mais tant qu’on y trouvera de tels artistes un peu fous et très doués, on aura toujours quelques raisons d’espérer !

American Head est un disque remarquable et se classe sans hésitation parmi les tout meilleurs de The Flaming Lips!

Bella Union/PIAS

Crédit photos : George Salisbury

Discographie sélective :

American Head ( 2020)

The Terror (2013)

Embryonic (2009)

At War With The Mystics (2006)

Yoshimi Battles The Pink Robots (2002)

The Soft Bulletin (1999)

Clouds Taste Metallic (1995)

Pour écouter l’album :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :