Pottery – Welcome To Bobby’s Motel

Sortie le 26 juin.

Après un premier EP fort remarqué, Pottery confirme tout le bien qu’on pense d’eux sur Welcome To Bobby’s Motel, leur tout premier album.

A l’instar de leurs compatriotes Crack Cloud découverts également à La Route du Rock 2019, les canadiens de Pottery m’ont convaincu, cet été, que le Canada est the place to be pour qui aime le post punk survitaminé.

Les 5 gaillards (Tom Gould, Paul Jacobs, Jacob Shepansky, Peter Baylis, Austin Boylan) nous viennent de Montréal et démarrent leur carrière sur les chapeaux de roues enchainant singles et tournées trouvant le temps en 2 jours d’enregistrer N°1, un premier EP sorti en 2019.

Pour Welcome To Bobby’s Motel, il prirent néanmoins un peu plus de temps, enfin 10 jours, pour boucler ces 11 chansons au Studio Break Glass à Montréal en compagnie du Jonathan Schenke producteur ayant bossé entre autres pour Parquet Courts, une des principales influences de Pottery.

S’ils partagent en effet la même énergie que les sales gosses de New-York, c’est toujours du côté de La Grosse Pomme qu’on trouvera la filiation la plus évidente, via les Talking Heads, par leur inventivité débridée et une rythmique implacable. On croirait même parfois entendre David Byrne comme sur les excellents Hot Heater ou Under The Wires !

Si parfois le disque semble partir dans tous les sens, Pottery dispose d’une incroyable section basse-batterie, qui telle un chat filou, permet au groupe de retomber avec maestria sur ses pattes.

Breaks incessants, changement de cap et de style parfois dans la même chanson, Pottery s’amuse comme des petits fous à rendre dingues les auditeurs, qui ne savent plus sur quels pieds danser, c’est vraiment le cas de le dire.

L’exemple le plus flagrant est Texas Drums Pt 1, dont on attend encore la suite et pièce maitresse de l’album. On se lance dans 3 minutes à sauter dans tous les sens, avant de glisser insidieusement vers un dance-floor volcanique. On se désespère de découvrir la version live d’un tel morceau !

Le reste n’est pas mal non plus, entre garage rock et post punk, le quintet canadien trouve un bel équilibre entre ses expérimentations un peu folles et des mélodies drôlement bien troussées.

C’est d’ailleurs dans sa capacité à se réinventer à chaque morceau que le groupe se distingue du tout venant post-punk. Il souffle sur leurs compositions (Take Your Mind ou Hot Like Jungle par exemple) un vent de liberté salutaire et un vrai talent de composition.

Inventif, gonflé, Welcome To Bobby’s Motel avec sa jolie pochette bariolée est bourré de qualités et promet un avenir radieux à Pottery. Le très hot label Partisan Records (Idles, Fontaines D.C.) ne s’est d’ailleurs pas gêné pour les intégrer à leur catalogue !

Partisan Records

Crédit photos : Luke Orlando

Discographie

N°1 (2019)

Welcome To Bobby’s Motel (2020)

Pour écouter l’album :

Bandcamp :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :