Sophia –Holding On / Letting Go

Sortie le 25 septembre.

Contre vents et marées, Robin Proper-Sheppard, à la tête de Sophia, poursuit l’une des œuvres musicales les plus passionnantes de ces 20 dernières années. Holding On / Letting Go en est encore une nouvelle démonstration.

Annoncé en février, maintes fois repoussé, le nouvel album de Sophia est en enfin là, quatre ans après As We Make Our Way (Unknown Harbours). L’avoir entre ses doigts fébriles, avant de le poser religieusement sur la platine, semble tenir du miracle. Son titre Tenir/Lâcher prise se teinte aujourd’hui d’une certaine ironie, tendant à se poursuivre encore avec une tournée reportée en 2021…

Autour du batteur virtuose et percussionniste Jeff Townsin, présent depuis The Infinite Circle, Sophia a étoffé sa filière belge avec la participation du bassiste Sander Verstraete, du guitariste Jesse Maes et de Bert Vliegen aux synthés. Ce bel équipage, avec l’appui de quelques musiciens additionnels, se met au diapason pour donner l’écrin mérité par la voix et les compositions de Robin Proper-Sheppard.

L’artiste a conçu ses nouvelles chansons enregistrées et mixées aux 4 coins de l’Europe, pour les défendre sur scène. L’ambiance y est donc plus électrique que d’habitude, à l’image de l’efficace We See You (Taking Aim). Les premières écoutes du disque surprennent par l’utilisation dynamique des guitares et la puissance considérable dégagée par des compositions comme Road Song ou Undone. Again.

Holding On / Letting Go se révèle ainsi plus lumineux que le disque précédent et délivre une énergie qui nous renvoie à The God Machine, premier groupe cultissime de Robin Propper-Sheppard.

Sophia, souvent considéré comme l’une des figures essentielles de la scène slowcore, sur la base d’albums à la mélancolie sombre comme Fixed Water ou People Are Like Seasons vient aussi rappeler tout son talent dans cet opus, pour réaliser de parfaites pop songs, ensoleillées et aériennes à l’image du titre Days.

La beauté s’installe au cœur de Wait avec ses merveilleux chœurs et sa délicate guitare tourbillonnant autour de la mélodie, pour s’intégrer, sans effort, dans les futurs classiques du groupe.

Un invité d’honneur en la personne du grand saxophoniste Terry Edwards vient sublimer le poignant Alive, le plus mélancolique de tous les titres de l’album et l’une des plus belles chansons d’amour de Sophia, toutes périodes confondues.

Si une nouvelle luminosité apparait, sous-jacente, à travers les 10 chansons constituant le disque, Robin Propper-Shepard poursuit néanmoins sa toile musicale, tissée avec passion tout au long de sa carrière et continue de s’interroger sur l’humanité de ce monde tournant de plus en plus à l’envers. Tristesse et joie se mêlent avec grâce dans les compositions, pour révéler un chef d’oeuvre profondément humain et remarquablement bien écrit.

La pochette, magnifique, de Holding On / Letting Go, conçue par John Hobbs et inspiré par le Twelve Tone Circle Of Colour, de l’artiste allemande Gertrud Grunow, décrit également à la perfection l’univers musical de Sophia : toute une palette de couleurs et de sons pour un disque aussi ambitieux dans sa conception que fragile dans sa forme.

Seb et Stéphanie.

The Flower Shop Recordings

Crédit Photos : Philip Lethen

Discographie

Holding On/Letting Go (2020)

As We Make Our Way (Unknown Harbours) (2016)

There Are No Goodbyes (2009)

Technology Won’t Save Us (2006)

People Are Like Seasons (2004)

The Infinite Circle (1998)

Fixed Water (1996)

Pour écouter l’album :

Bandcamp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :